Histoire

Les origines

Poste de guet sur la Haine en amont de la ville de Mons, le domaine d’Havré est connu dans l’histoire depuis le XIIè siècle.  Il fut donné par Baudouin IV à son conseiller Isaac, devenu châtelain d’Havré et châtelain héréditaire de Mons.

Ce poste deviendra une forteresse dont aucun document connu ne permet de représenter l’aspect.  Aucun document, aucun vestige à ce jour ne nous renseignent sur cette première implantation, ni sur ses modifications éventuelles avant le XIVè siècle.  Après avoir subi les assauts des bandes liégeoises et brabançonnes, le château a été saccagé en 1365 par les Flamands venus dévaster la région de Mons. Les Enghien le reconstruiront en majeure partie, avant 1423, sous la forme d’une puissante forteresse, dont l’essentiel subsiste aujourd’hui.

Quelques dates

28 avril 1423.   Gérard II d’Enghien cède à son neveu, Christophe de Harcourt, le domaine d’Havré.  Son frère Jean lui succède et laisse ses biens à Marie de Harcourt, sa nièce.

Mars 1439. Marie de Harcourt épouse Jean d’Orléans.

Avril à juillet 1518.  Sous l’autorité de Charles Quint, La terre et seigneurie d’Havré est cédée par la duchesse Renée de Longueville et comtesse de Dunois à Philippe II de Croÿ, seigneur de Portien, en échange de la terre de Longwy en Normandie. Philippe II de Croÿ (1496 – 1549) devient donc le premier seigneur d’Havré de la maison de Croÿ. Il fut premier chambellan de l’Empereur, surintendant des finances, chevalier de la Toison d’Or, Grand d’Espagne, duc d’Aarschot, lieutenant général et grand bailli du Hainaut.

Blason de la famille de Croÿ

Philippe II épousera en troisième noce Anne de Lorraine. Naitra un fils, Charles-Philippe de Croÿ (1549 – 1613).

Ce fils cadet (posthume), a pour parrains Charles Quint et son fils, le futur roi Philippe II d’Espagne. Charles-Philippe de Croÿ combattra sous le duc d’Albe et sous le roi Charles IX de France contre les Huguenots.

Charles-Philippe de Croÿ soigné et guéri par le chirurgien de la Cour du roi de France, Ambroise Paré.

En 1569, le jeune Charles-Philippe (marquis d’Havré), âgé de 20 ans, est blessé d’un coup d’arquebuse, au-dessus du genou, à la bataille de Montcontour. Le coup a fait éclater son fémur, et malgré les soins prodigués, la blessure suppure et la jambe gonfle.

Charles-Philippe de Croÿ (1549-1613)

Son demi frère, le duc d’Aarschot (Philippe III de Croÿ) écrit au roi de France, Charles IX, pour lui demander la permission de solliciter le chirurgien de la Cour, Ambroise Paré.

Philippe III de Croÿ duc d’Aarschot
Le roi de France, Charles IX

Le roi accepte d’envoyer son médecin personnel auprès du marquis d’Havré, mourant. C’est ainsi qu’Ambroise Paré, flatté, se met en route à la fin décembre 1569 pour le château d’Havré.

Ambroise Paré

A son arrivée, l’état de santé du marquis est au plus bas, mais après l’avoir examiné, le chirurgien français lui annonce qu’il sera debout dans les deux mois pour autant qu’il suive le traitement imposé. Avant d’exposer son plan thérapeutique, il se demande pourquoi les médecins n’ont-ils pas drainé le pus ? Pourquoi n’avoir pas éliminé les fragments d’os morts ? Pourquoi la literie n’a-t-elle pas été changée depuis des mois ? Paré expose alors clairement les mesures à prendre, depuis les médicaments jusqu’au coussins pour éviter les escarres. A l’aide d’un scalpel, il entaille la croûte en trois endroits. Le marquis ne bronche pas. Tandis que du pus verdâtre et des morceaux d’os émergent de la plaie, Paré fait préparer un nouveau lit couvert de draps propres et changer le linge du marquis. Après enveloppé le fémur de pansements imbibés d’oxycrate (mélange d’eau et de vinaigre), un serviteur transporte le marquis vers son nouveau lit, dans des draps bien chauds et imprégnés d’une odeur d’herbes aromatiques. Le marquis dort, pour la première fois en deux mois, quatre heures d’affilée.

Après la literie, vient la question de la nourriture. Paré recommande une nourriture revigorante (oeufs, pain trempé dans le bouillon de veau, viande légèrement rôtie, des raisins de Damas confits dans le vin et le sucre. Les jours suivants, Paré draine à nouveau la plaie et rince le trou produit par l’abcès avec de l'”egyptiac”(sorte d’antiseptique). Après deux jours, la fièvre diminue et le marquis retrouve son appétit. Paré n’a de cesse de contrôler le régime alimentaire de son hôte.

Une fois l’état physique du marquis nettement amélioré, Paré pense au bien-être mental de son patient. Il lui lira de la poésie. Le marquis est conquis. Il invite aussi un petit orchestre de vielles, luths et tambourins. Une autre fois un farceur. C’est ainsi qu’en un rien de temps, les deux hommes nouent une solide amitié.

Après un mois, le marquis se déplace dans son jardin. Il invite tous les habitants du village à venir boire une pinte de bière aux portes du château. Tout le monde boit, chante et danse pour fêter la renaissance du marquis. Un banquet est offert à Mons en l’honneur du chirurgien de la Cour du roi de France.

Après six semaines, le marquis est à nouveau sur ses deux jambes, même s’il a encore besoin de béquilles lorsque son frère, Philippe III, le duc d’Aarschot, apprend la bonne nouvelle. Il invite le patient et son médecin dans son château de Beaumont. L’accueil et la fête sont grandioses. De retour au château d’Havré, l’état de santé du marquis évoluant tellement bien, Paré peut déléguer les soins afin de retourner à Paris, mais le marquis a du mal à le laisser s’en aller. Après deux mois, Paré repart vers Paris en donnant ses dernières instructions concernant les soins et le régime alimentaire. Le marquis est particulièrement triste de laisser partir son chirurgien, devenu un véritable ami.


Diane de Dommartin marquise de Croÿ d’Havré, comtesse de Fontenoy, baronne de Fénétranges

C’est à Charles-Philippe de Croÿ et à sa seconde épouse, Diane de Dommartin, que l’on doit une première adaptation du château aux nouvelles exigences de confort de la Renaissance. Malheureusement, le château sera victime de plusieurs catastrophes successives avant de renaitre.

Mars 1578.  Don Juan d’Autriche, à la tête de 6 000 hommes, assiège Havré; les soldats se rendent, le château est intact.

23 juillet 1578.  Le duc d’Anjou attaque et enlève la place. Des pièces d’artillerie appelées à la rescousse, infligent de lourds dégâts.

Eté 1578.  Un violent incendie achève le désastre.  Pierre Lepoivre, architecte montois, a dessiné, de mémoire, l’aspect du château avant ces événements tragiques.  Grâce à cette esquisse et aux vestiges encore existants, nous pouvons nous représenter le château tel qu’il était alors : un grand quadrilatère cerné d’une haute courtine ponctuée de tours (trois carrées et une octogonale aux angles, une ronde au centre de deux fronts), commandé par un gros châtelet d’entrée et doté d’un long corps de logis que flanque une chapelle en éperon. Charles-Philippe de Croÿ commencera la reconstruction du château et elle sera achevée par son fils, Charles Alexandre (1581-1624).

Charles Alexandre de Croÿ, duc de Croÿ, marquis d’Havré, comte de Fontenay

Charles Alexandre de Croÿ (1585 – 1624) et Yolande de Ligne (1585 – 1611)

Charles Alexandre de Croÿ, marquis d’Havré, commence la restauration du château vers 1600.  Modification la plus spectaculaire :
la tour octogonale, dite Tour d’Enghien, est surhaussée d’un niveau, sous une belle toiture à bulbe ardoisée et plantée d’une girouette à couronne du Saint-Empire germanique.  Superintendant des finances aux Pays-Bas, au service du roi d’Espagne, chevalier de l’Ordre la Toison d’Or, gentilhomme de la Chambre de l’archiduc Albert d’Autriche, prince du Saint-Empire germanique, conseiller d’Etat, chevalier héréditaire de la ville de Mons, Charles Alexandre de Croÿ est un personnage considérable. Il fut assassiné à Bruxelles, le 5 novembre 1624, d’un coup de mousquet, à l’âge de 43 ans.

Homme de guerre et de gouvernement, il est aussi particulièrement sensible aux choses de l’art.  Il impose une magnificence dont bénéficie la vie au château.  Transformé en une opulente demeure, avec sa tour des hôtes et ses grandes salles d’apparat, le château voit passer des visiteurs de marque. Marie de Hongrie, Van Dyck, collaborateur de Rubens et familier des Croÿ, Rubens lui-même, Marie de Médicis, l’Infante Isabelle, le Duc de Malborough, le prince Eugène de Savoie y séjournent notamment.

Marie-Claire de Croÿ, duchesse d’Havré avec l’enfant de Sir Anthonis Van Dyck (1634) (San Francisco USA)

Charles Alexandre épouse en première noce, en 1598, Yolande de Ligne, avec qui il aura une fille unique, Marie-Claire (1605-1664). Celle-ci, conformément au testament de son père, épouse en première noce, en 1627, un de ses cousins de Croÿ, Charles Philippe, marquis de Renty. C’est à cette époque que Philippe III d’Espagne élève le marquisat d’Havré au rang de duché. Marie-Claire , duchesse de Croÿ et duchesse d’Havré se mariera en seconde noce, en 1643, avec Philippe François de Croÿ, comte de Solre-le-Château, seigneur de Tourcoing, frère de son premier mari, afin d’empêcher le passage des domaines familiaux à une autre famille.

Derniers occupants du château : Joseph Anne Maximilien de Croÿ et Adélaïde Louise Angélique de Croÿ, princesse de Croÿ-Solre.

Le duc de Croÿ et d’Havré se marie en 1762 à Paris avec sa cousine Adélaïde Louise Angélique de Croÿ, princesse de Croÿ-Solre (1741-1822). De cette union, naitront 5 enfants dont Adélaïde Marie Louise de Croÿ (1768-1846), duchesse d’Havré, mariée à Emmanuel Marie Maximilien de Croÿ, prince de Solre-le-Château (1768-1842) – dont descendance – et Amélie Gabrielle de Croÿ (1774-1847), mariée à Charles Louis Gabriel de Conflans, marquis d’Armentières.

Il fit une carrière militaire sous la Monarchie absolue. Hostile à la Révolution française, il émigra , dès 1791, d’abord en Allemagne, puis en Espagne. Son épouse, ne le suivra pas. Elle réside tantôt à Paris, tantôt à Havré. Le duc d’Havré gardera la confiance et l’amitié de Louis XVIII. A la fin de sa vie, il se retirera en Belgique où il mourra en octobre 1839, à l’âge de 95 ans.

1839. A la mort du dernier duc d’Havré, de Joseph Anne Maximilien de Croÿ (Paris 1744 – Le Roeulx 1839), le château est délaissé. C’est S.A.S Maximilien de Croÿ, prince de Croÿ et de Solre (1821-1865), arrière-petit-fils de Joseph Anne Auguste Maximilien de Croÿ, qui est désigné, par testament, héritier et successeur des titres de son parent, le dernier duc d’Havré. Il meurt sans avoir contracté d’alliance, au château du Roeulx en 1865, et sera inhumé à Havré dans la crypte de la Chapelle Notre-Dame de Bon Vouloir.

1919. Le Chanoine Puissant tente de le sauver. La tâche est insurmontable.

Le Chanoine Edmond Puissant
Assemblage de différentes pierres provenant du château des ducs d’Havré

Après avoir failli être emportée pierre par pierre par un américain, la propriété échoit à la Province de Hainaut. Dans une indifférence regrettable, pillage, vandalisme et végétation envahissante conduisent à l’inévitable.

Dès 1930. Des éboulements successifs, parfois très importants, menacent la vie d’un patrimoine qui sera pourtant classé en 1936.

1947.   Emile Poumon, Havrésien féru d’histoire, publie “Havré, le duché, le village, le prieuré Saint Antoine en Barbefosse”.  Le château est abondamment évoqué et décrit.  Nous faisons, ici, souvent référence à cet ouvrage. 

1978.  Quelques habitants d’Havré se groupe et fondent en 1979 une A.S.B.L. : “Les Amis du Château des Ducs d’Havré”.  L’association a pour objectif de favoriser par tous moyens la réinsertion du château dans la société actuelle et promouvoir sa sauvegarde et sa restauration.

Les photos du chateau

Les membres fondateurs

Nicole Desenfans

Johanna Kruczynski

Annie Morin

Paulette Tierce

Emile Donfut

Gérard Donfut

Jacques Gossez

Léopold Hambÿe

Joseph Hubaux

André Lefrancq

Jean-Marie Schepens